Archives de catégorie : Séjours

WE club: Ronde des villages en Périgord noir

Randonnée « à la carte » sur la Ronde des villages en Périgord noir

Du Vendredi 11 octobre après-midi au dimanche 13 octobre 2019.

Hébergement en gite: chambre de 2.

Prix du séjour : 90€ + covoiturage (20€ environ)

Une partie du prix du séjour et l’inscription à « La ronde des Villages » est prise en charge par le club

Inscription avec un chèque de 50€ avant le 31/12/2018

Voir tous les renseignements sur le site : Ronde des villages en Périgord noir

Tour du Canigou

Tour du Canigou septembre 2019

-6 jours de rando itinérants nuits en refuge.

-Niveau 5*

-Animateur : MICHEL CROUZILLAC

-Départ Dimanche 8 septembre 14h00 de Millau pour le refuge de ‘les conques’ à côté
de Prat de Mollo.

-Retour :Samedi 14 sept fin de journée.

-Hébergement en refuges environ 42€ en ½ pension

– Etapes entre 5h30 et 8h00 de marche dénivelés entre 600 et 1200m / jour.

-Max 16 personnes

-Ascension du sommet 2780m en option.

-Covoiturage km+ péage= environ 30 €

-Chèque réservation de 80€ avant le 31/01/2019

-Info complémentaires = Michel 06 82 55 34 47

Haute traversée de Belledonne

Randonnée itinérante de 9 jours « Haute traversée de Belledonne » du 11 au 20 juillet 2019

98 Km, +8900m, -8400m Force 4

Hébergement en refuge. En demi-pension.

Coût du séjour 360€ environ + covoiturage

Inscription avec un chèque de 120€ avant le 15/12/2018

2ème acompte de 200€ avant le 30 juin 2019. Le solde sera réglé à la fin du séjour.

Voir le détail Fiche d’info Haute traversée de Belledonne

WE Gorges du Bes et Chaudes-Aigues

Brigitte B. nous propose un WE Gorges du Bes et Chaudes-Aigues.

dates : 11 et 12 mai  2019

WE limité à 18 personnes.

Randonnées dans les gorges du Bes et autour de Chaudes-Aigues avec visite de la ville.

Demi-pension à 32€ (Nuitée en dortoir au gite d’étape de Fournels (draps fournis),  petit déjeuner préparé par nos soins au gite d’étape, repas du samedi soir pris au restaurant.)

Les deux repas de midi seront tirés du sac.

Covoiturage 250km A/R soit environ 13€

Cout total du WE : 45€ environ.

Inscriptions, avec un chèque de 25€ à l’ordre du Bartas, prises dans l’ordre d’arrivée des chèques.

D’autres informations seront données en temps utile aux adhérents inscrits.

Pour tout renseignements vous pouvez contacter Brigitte B: 06 12 30 69 92.

 

Bretagne Presqu’île de Crozon

Séjour Bretagne 2019 du 22/06 au 29/06 sur la presqu’île de Crozon.

Animateur Louis Tichit

Gîte à Morgat à 2 pas de la plage, hébergement en chambres de 2 , ½ pensions à 47,50€ (tarif 2018)

Randonnées sur les sentiers côtiers de 15 à 22km par jour.

1 journée à l’île d’Ouessant : traversée = 30€ (environ)

Co-voiturage 1100km x 2 : 100€ + péages, compter environ 120€

Séjour limité à 16 places attribuées dans l’ordre d’arrivée des chèques.

Réservation avec chèque de 100€ par personne à l’ordre du Bartas avant le 20 septembre.

La Drôme

SEJOUR DANS LA DROME du 25 mai au 31 mai 2019
Accompagnateur RAOUL Michel
Randonnée de F4-F5. Dénivelé de 1100 à 1400 m par jour

Samedi 25 mai
Millau à Piegros La Clastre
3H30 de route

Dimanche 26 mai
SAILLANS
Les 3 Becs

Lundi 27 mai
La BAUME CORNILLANE
La Raye

Mardi 28 mai
SAOU
Petite et Grande Pomerolle

Mercredi 29 mai
AMBEL
Roc de Toulau et Tête de la Dame

Jeudi 30 mai
HOSTUN
Montagne de Musan

Vendredii 31 mai
Retour Millau

Le logement est prévu en chambre d’hôtes. ½ pension 55 à 60€.
Covoiturage 26€ + péage 31,60 € (tarif actuel). Comme il faudra se servir des voitures tous les jours, le covoiturage sera calculé à la fin du séjour.

Séjour limité à 12 personnes. Inscription, avant le 20 décembre, par chèque de 100€ à l’ordre de Lo Bartas.( chèques à me faire parvenir).

Raquettes Métabief (Jura)

SEJOUR : RAQUETTES A METABIEF (dans le Jura)

Du dimanche 3 février au dimanche 10 février 2019

Animateurs : Henri Astier et Michèle Gaven
C’est encore dans le Jura à Métabief (Doubs) que le groupe de «Lo Bartas » a profité des joies de la neige. Confortablement accueillis et installés ils ont découvert la région. Dès le lendemain de leur arrivée ils ont chaussé les raquettes pour explorer un environnement varié et splendide : du col de l’Herba au Pic du Morond, ils se sont familiarisés avec le pays de Gex. L’ascension du sommet du Suchet (1588m) par les crêtes, sous un franc soleil et une bonne neige, a offert une vue saisissante sur les Alpes enneigées avec le Mont Blanc émergeant du brouillard. Du Mont d’Or, autre point culminant du département du Doubs (1463m) qui a donné son nom au crémeux fromage, les efforts ont été récompensés en longeant des falaises rocheuses par une vue panoramique sur la chaîne des Alpes et la plaine suisse. Autre régal : du haut du Chasseron (1605m) la vue se perd sur les plus hauts sommets et sur le lac Léman.

En fin de séjour une visite très agréable dans l’ancien fort militaire St Antoine construit en 1879 et réaménagé en 1966 par Marcel Petit, a retracé son histoire et sa conversion en cave d’affinage du très célèbre Comté. Un petit clin d’œil final dans le domaine forestier des Fourgs, à l’arbre du président…qui est Edgar Faure ! Personnage sculpté dans un sapin (2006) vieux de 450 ans qui avait subi une cassure à 29m de hauteur lors d’une tempête.
Alliant activités sportives et culturelles, le groupe « Lo Bartas » a passé une très agréable semaine sous une bonne météo dans l’ensemble. Les poumons sont remplis de bon air, les têtes pleines de beaux paysages… de quoi se sentir pousser des ailes pour de nouvelles expéditions !

Video: Dur Dur le retour du Chasseron!

Voir les photos

 

 

Tour des Pérics

Lo Bartas sur le Tour des Pérics

Du 10 au 16 septembre, 19 randonneurs de l’association Lo Bartas ont réalisé une randonnée itinérante, de refuge en refuge, sur le Tour des Pérics dans les Pyrénées orientales.
Partis du site des Bouillouses, les randonneurs ont réalisé l’ascension du Grand Péric (2810m), pour certains par l’arête nord très aérienne, suivie de celle du Petit Péric (2690m) avant de rejoindre, après une descente abrupte et caillouteuse, le rustique mais sympathique refuge des Camporells au bord de son lac.
La deuxième journée , commencée par une traversée relaxante du site des étangs des Camporells, a permis d’atteindre le Pic des Mortiers (2605m), avec ses troupeaux de moutons protégés par quelques Patous, avant d’entreprendre la vertigineuse descente vers la réserve naturelle d’Orlu et d’atteindre, par un sentier typiquement ariègeois, le refuge d’En Beys (2000m), en bordure de l’étang du même nom. Certains ont profité des derniers rayons de soleil avant l’orage, pour faire une petite rallonge à la Coullade d’en Beys (2350m) pour admirer l’enfilade des lacs de Peyrisses et de Naguille. Puis l’orage a grondé, la pluie a martelé les toits du refuge. De quoi apprécier encore plus le confort du petit dortoir.
Un départ matinal, dans le brouillard mais sans pluie, a permis d’atteindre le Coll de la Coma d’Anyell sous le soleil et sous l’œil curieux de quelques isards qui nous observaient du haut de leurs rochers, puis la Portella de Lanos (2488m) avant de plonger vers le refuge des Bésines (2100m) dans la Haute-Ariège. Pour certains ce n’était pas assez, ils sont partis faire le tour de l’étang des Bésines, quelques 200 mêtres plus bas !
Après une petite remontée le long du ruisseau de la Coume d’Agnel, nous voilà revenus en Pyrénées orientales en contournant le Pic Carlit, notre objectif du lendemain, par le lac de Lanoux, la Porteille de la Grave, l’étang et le refuge des Bouillouses.
La longue ascension du Pic Carlit (2921m) et la ronde des lacs du Carlit ont conclu cette magnifique randonnée en montagne.

 

Val d’Ayas-Gressoney

VAL D’AYAS-GRESSONEY

Petit compte rendu d’un séjour Randonnée F5*** du 01 septembre au 09 septembre 2018 accompagné par Michel Raoul.

Partis pour le Val d’Ayas, vallée préservée du Val d’Aoste, 13 randonneurs aguerris se sont retrouvés pour parcourir vallons, crêtes et sommets.
Après 3 jours de préparation à l’altitude, sur des sentiers très techniques entre 2000 et 3000 m et une nuit au refuge du Grand Tournalin à 2600m, les voilà partis pour atteindre le refuge Quintino Sella à 3585 m par une arrête vertigineuse et heureusement équipée de cordes car au retour, un peu plus de piment, la neige glacée était là.
Après s’être équipés, ils sont partis sur le glacier en direction du mont Castor pour atteindre le col Félik à 4023 m. La joie se voyait sur leur visage car pour un grand nombre c’était une première.
Pour clôturer ce séjour, ils sont montés au mont Zerbion à 2744 m ou une vue à 360° leur a permis d’admirer les plus hauts sommets des Alpes, Mont Blanc , Mont Cervin, Mont Rose, Grand Combin…..
La montagne se mérite mais quel bonheur de partager ces merveilles.

Voir les photos

 

 

Andorre

Voici ci-dessous un petit compte rendu de cette randonnée en étoile en Andorre du 1er au 8 juillet 2018 proposée par Henri A.

LO BARTAS EN ANDORRE

Après une semaine sur les côtes bretonnes à la découverte des abers les randonneurs du Bartas ont pris de la hauteur en allant en Andorre du 1er au 8 juillet. C’est 58 adhérents de l’association, répartis en 4 groupes de niveaux différents, deux groupes accompagnés par des guides locaux et deux groupes accompagnés par deux animateurs du club, qui ont pu parcourir les vallées et les montagnes d’Andorre. Malgré le nombre important de participants, tout s’est admirablement bien passé et chacun a pu participer à des randonnées adaptées à son niveau.
Ces randonnées en haute montagne nous ont amenés à parcourir les plus belles vallées, le Vall d’Inclès, le vall de Ransol, le Vall del Riu, le Vall du Madriu, de découvrir les nombreux lacs de la vallée de Juclar, ainsi que la myriade de lacs du cirque dels Pessons, de gravir plusieurs sommets dont le Pic de la Serrera (2913m), le Pic de l’Estanyo (2915m), le Pic dels Pessons (2864m). Pendant qu’un groupe profitait de son terrain de jeu favori : les névés, les crêtes rocheuses, escarpées et aériennes, un autre groupe partait à la découverte de lacs suspendus tels l’Estany Blau blotti au pied de pentes raides, comme au fond d’un entonnoir. L’hôtel confortable, une bonne table et surtout la très bonne ambiance nous ont permis d’oublier rapidement la fatigue de la journée.
Pour Lo Bartas c’était une grande première d’avoir amené un groupe aussi important (58 participants !) sur un séjour montagne. Tout s’est déroulé dans une excellente convivialité et chacun est prêt à renouveler l’aventure sur une autre destination en 2019.

 

Séjour en Bretagne: les Abers

Il s’agit d’un séjour proposé par Michel R :en Bretagne « LES ABERS », en itinérant, de force 4-5, du samedi 16 juin au dimanche 24 juin 2018, dont voici ci-dessous le récit:

LO BARTAS , à la découverte des Abers

Une fois n’est pas coutume pour le club Lo Bartas , direction plein Ouest , au pays d’Iroise , pointe extrême du Finistère .
Ainsi pendant 7 jours , 12 randonneurs ont arpenté une partie du GR 34 soit 180 km de Morlaix à Saint Pabu .
Avant d’attaquer le sentier côtier, une visite de la ville de Morlaix, au riche passé historique s’imposait. Morlaix fut l’une des perles de la couronne ducale de Bretagne. Puis ce fut l’admiration de quelques « enclos paroissiaux «, ces chefs d’œuvres d’art religieux , taillé dans le granit et qui témoignent de la ferveur religieuse qui a marqué le pays de Morlaix .
Une météo parfaite pour cette randonnée le long du rivage nous a permis au fils des jours de nous imprégner de l’ambiance maritime, de composer avec les marées, respirer l’air iodé, de marcher tantôt le long des plages de sable blanc immaculé bordées de rochers ou sur des dûnes, de s’étonner de tous ces bateaux échoués à marée basse, d’imaginer la rudesse de ce pays et des dangers que représentent ces milliers d’îlots et tous ces phares en sont la preuve .
Le GR 34 que nous avons suivi longe 3 abers, l’aber Benoît, l’aber Ildut et l’aber Wrac’h . L’aber désigne à la fois l’estuaire et la rivière, ce sont de véritables fjords à la bretonne (mais beaucoup moins profonds) . Ils forment de longues et étroites entailles dans les terres que la mer vient découvrir et recouvrir.
Pour nous Aveyronnais, cette visite « au bout du monde » fut un moment de dépaysement magnifique .

 

 

Gorges de la Carança

Séjour dans les Pyrénées orientales les 23, 24 et 25 mai 2018,

dont voici le récit ci-dessous

Il est où l’bonheur, il est où ? 

Ces jours-ci, il se cachait certainement du côté de Vernet-les-bains, dans les Pyrénées Catalanes, au pied du Canigou encore enneigé.
C’est dans le gîte municipal de Vernet qu’un groupe d’une vingtaine de randonneurs du Bartas avait élu domicile pour trois jours ; les repas du soir, pour le plus grand plaisir de nos papilles, étant pris au restaurant « il est où l’bonheur ?».
Sous la houlette paisible mais efficace de Louis, ce furent trois jours de découverte, de convivialité et de vivre ensemble dans la décontraction et l’amitié. Dans l’effort aussi, le programme étant bien chargé .
Mercredi après-midi découverte du village thermal et petite randonnée de mise en jambe jusqu’à la jolie cascade des Anglais au dessus de Vernet.
Jeudi, magnifique randonnée sportive : la remontée des Gorges de la Carança , torrent aux eaux tumultueuses en cette saison. Après avoir enchaîné les passages de pont de singe, de passerelles et d’échelles accrochées aux parois verticales et quelques vingt trois kilomètres et mille deux cent mètres de dénivelé plus tard, nous nous retrouvions au parking pour échanger nos émotions et nos « rencontres » : l’isard sur le chemin qui nous a longtemps observé, les salamandres se déplaçant avec lenteur, les cabanes de bergers aux toits végétalisés…
La visite du musée géologique de Vernet compléta agréablement cette journée ; Pierre , en amateur très averti, partagea volontiers ses connaissances des minéraux et des fossiles -pour notre plus grand plaisir-.
Enfin Vendredi, malgré le ciel encombré de lourds nuages, nous avons découvert les crêtes autour du joli village de Montalba-le-château. Christian, venu exprès de Millau le matin, nous a fait découvrir son pays : le paysage grandiose et la richesse de la flore nous ont émerveillés.
La journée se termina par la visite du magnifique site naturel des orgues d’Ille sur Têt, sculptures géantes dues à l’érosion des sables et des argiles.
Un grand merci à Louis et à Christian pour l’organisation de ce séjour ! Voir un petit film ici.

 

Séjour Raquettes dans le Jura

Lo Bartas en séjour raquettes dans le Haut Jura

Une neige abondante attendait les raquetteurs du « Bartas » dans le Haut Jura, plus précisément aux Moussières ( 1150m), petit village et petite station familiale de ski alpin, fond, raquettes…pour un séjour neige du 3 au 10 février.

Le dimanche et le lundi nous avons découvert les environs en effectuant deux boucles dans les hautes combes, parcourant de magnifiques forêts d’épicéas dans une belle poudreuse. Dès le lendemain les choses sérieuses ont commencé. Partis de la Pesse (autre petit village), par une journée ensoleillée nous avons gravi les pentes abruptes du crêt du Chalam (1545m) puis le crêt au Merle (1448m). Le paysage recouvert de neige, passant dans des forêts d’épicéas immenses, nous a fait rêver, laissant libre cours à notre imagination. Après une matinée «au chaud » à cause du brouillard givrant, nous sommes allés nous aérer par une belle randonnée autour du centre pour apprécier des formes fantasmagoriques qui se dessinaient prisonnières du brouillard. L’atmosphère était envoûtante et parfois un peu irréelle ! Après avoir parcouru une étape de la Grande Traversée du Jura (GTJ) traversant la forêt du Massacre et la magique Combe de la Chèvre, recouverte par 2 mètres de neige, nous avons découvert la maison du parc du Haut Jura. Visite intéressante et instructive sur la géologie du Jura, la formation des tourbières…Le dernier jour après une montée confortable par la télécabine de la Catheline, de Lélex aux hautes crêtes des Monts du Jura, l’ascension du point culminant du Jura, le Crêt de la Neige (1720m), nous a ravis en nous offrant un panorama fabuleux sur les Alpes avec vue sur le Mt Blanc. Un passage dans un profond canyon enneigé, La Grande Crevasse,  nous a apporté une note supplémentaire d’émerveillement et…d’effort !

Voir une petite vidéo ICI et les photos LA

Toutes ces sorties dans des paysages exceptionnels recouverts de givre, avec une météo tantôt  splendide tantôt nébuleuse nous ont fait apprécier ces décors naturels qui paraissaient parfois surnaturels ! L’accueil chaleureux du centre, des haltes pique-nique confortables ont ajouté une note très agréable à ce séjour et nous en redemandons !

 

WE dans la vallée du Célé (Lot)

Lo Bartas en WE dans la vallée du Célé

En ce WE des 23 et 24 septembre, 14 adhérents du Bartas avaient choisi de partir dans la vallée du Célé dans le Lot.

Le Célé (du latin celer, rapide) prend sa source dans le Cantal et se jette dans le Lot vers Bouzies, à proximité de St Cirq Lapopie après avoir creusé une vallée profonde dans le causse de Quercy.

Nous avons tout d’abord choisi de remonter le temps sur les traces de nos ancêtres préhistoriques, en visitant la grotte de Pech Merle, avec ses formations géologiques surprenantes, mais surtout ses dessins saisissants de réalisme et parfaitement conservés.

Les parois de la grotte montrent des chevaux, mammouths, bisons, aurochs, ours…La peinture des Chevaux ponctués est une composition unique, un chef d’œuvre exceptionnellement préservé depuis 29.000 ans ! Ces dessins, associés aux mains et aux empreintes de pas préhistoriques, créent une émouvante proximité avec notre lointaine humanité.

Après ce plongeon dans la préhistoire nous avons parcouru le sentier de grande randonnée GR 651, voie vers St Jacques de Compostelle, de Espagnac à Sauliac, en passant par les magnifiques villages de Brengues, Saint Sulpice et Marcilhac sur Célé. Tout au long du parcours nous avons découverts des vestiges du passé (dolmen, chateaux des anglais, Garriottes,…), et de magnifiques maisons semi-troglodytiques adossées aux falaises.

La visite du village d’Espagnac et son Prieuré, plusieurs fois ravagé par les crues farouches du Célé et par les guerres, nous a fait plonger encore une fois dans notre lointain passé.

Le WE s’est poursuivi par deux très belles randonnées « Le Prieuré d’Espagnac », et « la randonnée du Causse de Béduer », pour se terminer dans la petite ville de Figeac, place Champollion. Quelle belle histoire !

 

 

Luz-St Sauveur

Du 27 août au 3 septembre 2017: Jean C et Anne-Marie B. ont propose un séjour en étoile à Luz-Saint Sauveur (Pyrénées). Le bilan ci-dessous est commun avec le séjour à Valsavaranche.

Lo Bartas parcours les Alpes et les Pyrénées

Fin de période estivale sportive pour les randonneurs de « Lo Bartas » avec deux séjours simultanés du 27 août au 3 septembre. Pendant qu’un premier groupe de 10 montagnards aguerris partaient à l’assaut de cols et de sommets de près de 3500m dans le Grand paradis en Italie, un deuxième groupe de 22 randonneurs arpentaient, les sommets des Pyrénées centrale aux alentours de luz Saint Sauveur, plus modestement mais contents aussi de gravir un 3000m. Ils vous font un petit récit de leurs aventures.

Dans la région d’Aoste, en Italie, plus exactement autour du Grand Paradis (4061m) dans la vallée de Valsavarenche, le premier groupe des montagnards a grimpé en moyenne 1540m de dénivelé positif par jour et même 2 journées à 1700 m de dénivelé positif et négatif. Pendant 6 jours ils ont découvert et gravi différents cols avec des altitudes variant de 3000m à 3438m. En effet après une nuit passée au refuge Chabod, où un accueil très sympathique les attendait, ils ont atteint la Pyramide du Grand Neyron (3295m) après une éprouvante montée dans les éboulis. Une autre nuit passée au refuge Savoia leur a permis d’atteindre le col Leynir (3084m), et pour certains le sommet du Taou Blanc (3438m). Quelles vues magnifiques sur le massif du Grand Paradis et les glaciers environnants. Ils ont continué leur périple en découvrant les roches grises du col de Lauson (3296m) et les roches de toutes les couleurs du col de Leynir, en longeant des lacs et des crêtes, jusqu’aux cols d’Entrelor (3007m) et du Manteau, dans un paysage sublime saupoudré de neige fraîche. Tous ces chemins et ces sentiers leur ont fait découvrir des vestiges de trace humaine (bâtiments exceptionnels aux toits en lauze), des travaux remarquables pour organiser un chemin, soit en construisant des murets de soutènement, soit en escalier, soit en dallage. Beaucoup de marmottes, de chamois, de bouquetins ont agrémenté leurs randos .

Et pendant ce temps-là, dans les Pyrénées centrales, après une montée dans une hétraie magnifique jusqu’au Pic de Bergons (2068m), le deuxième groupe découvrait un panorama exceptionnel à 360° sur le Pic du Midi et le cirque de Gavarnie. En faisant le tour du Cirque de Troumouse, Ils ont découvert de magnifiques paysages d’alpages verdoyants, parcouru par de nombreux troupeaux et les petits lacs des Aires dont certains sont asséchés (cause probable du changement climatique). Puis ils ont découvert le cirque de Gavarnie, du plateau de Bellevue au refuge de la Palha, en passant au pied de l’échelle des Sarradets et de la grande cascade, entre des murailles de plus de 1500m. Pour quelques randonneurs de ce groupe le franchissement de la Brèche de Rolland (2804m) et l’ascension du Tallon (3144m) représentaient une première dont ils garderont un souvenir inoubliable. De même la découverte de la vallée du Lutour, des lacs de Madamète au-dessus de Barèges ou des grottes de Bettharam qu’ils ont visité lors d’une petite journée de pluie, resteront dans leur mémoire.

En résumé ils étaient 10 à parcourir de magnifiques pelouses alpines parsemées de mélèzes avec de grands sommets enneigés en toile de fond, tel est le décor du Grand Paradis, 1er parc Européen crée en 1920, avec des paysages somptueux et une faune alpine au rendez-vous. Ils étaient 22 à parcourir les alpages et les sommets du Parc National des Pyrénées, créé en 1967. Cela fait 32 randonneurs du Bartas heureux de faire partager l’ivresse des sommets, les frissons des arêtes vertigineuses, les émotions et les joies qu’ils ont vécues pendant ces deux séjours montagnards.

Tout cela, accompagné d’un accueil chaleureux et généreux dans les hôtels ou les refuges, fait de la montagne un lieu magique !

 

 

 

Valsavarenche- Grand Paradis (Italie)

Du 27/08 au 03/09: Séjour randonnées, de Force 5* organisé par Michel R. Le bilan ci-dessous est commun avec le bilan du séjour à Luz-St-Sauveur.

Lo Bartas parcours les Alpes et les Pyrénées

Fin de période estivale sportive pour les randonneurs de « Lo Bartas » avec deux séjours simultanés du 27 août au 3 septembre. Pendant qu’un premier groupe de 10 montagnards aguerris partaient à l’assaut de cols et de sommets de près de 3500m dans le Grand paradis en Italie, un deuxième groupe de 22 randonneurs arpentaient, les sommets des Pyrénées centrale aux alentours de luz Saint Sauveur, plus modestement mais contents aussi de gravir un 3000m. Ils vous font un petit récit de leurs aventures.

Dans la région d’Aoste, en Italie, plus exactement autour du Grand Paradis (4061m) dans la vallée de Valsavarenche, le premier groupe des montagnards a grimpé en moyenne 1540m de dénivelé positif par jour et même 2 journées à 1700 m de dénivelé positif et négatif. Pendant 6 jours ils ont découvert et gravi différents cols avec des altitudes variant de 3000m à 3438m. En effet après une nuit passée au refuge Chabod, où un accueil très sympathique les attendait, ils ont atteint la Pyramide du Grand Neyron (3295m) après une éprouvante montée dans les éboulis. Une autre nuit passée au refuge Savoia leur a permis d’atteindre le col Leynir (3084m), et pour certains le sommet du Taou Blanc (3438m). Quelles vues magnifiques sur le massif du Grand Paradis et les glaciers environnants. Ils ont continué leur périple en découvrant les roches grises du col de Lauson (3296m) et les roches de toutes les couleurs du col de Leynir, en longeant des lacs et des crêtes, jusqu’aux cols d’Entrelor (3007m) et du Manteau, dans un paysage sublime saupoudré de neige fraîche. Tous ces chemins et ces sentiers leur ont fait découvrir des vestiges de trace humaine (bâtiments exceptionnels aux toits en lauze), des travaux remarquables pour organiser un chemin, soit en construisant des murets de soutènement, soit en escalier, soit en dallage. Beaucoup de marmottes, de chamois, de bouquetins ont agrémenté leurs randos .

Et pendant ce temps-là, dans les Pyrénées centrales, après une montée dans une hétraie magnifique jusqu’au Pic de Bergons (2068m), le deuxième groupe découvrait un panorama exceptionnel à 360° sur le Pic du Midi et le cirque de Gavarnie. En faisant le tour du Cirque de Troumouse, Ils ont découvert de magnifiques paysages d’alpages verdoyants, parcouru par de nombreux troupeaux et les petits lacs des Aires dont certains sont asséchés (cause probable du changement climatique). Puis ils ont découvert le cirque de Gavarnie, du plateau de Bellevue au refuge de la Palha, en passant au pied de l’échelle des Sarradets et de la grande cascade, entre des murailles de plus de 1500m. Pour quelques randonneurs de ce groupe le franchissement de la Brèche de Rolland (2804m) et l’ascension du Tallon (3144m) représentaient une première dont ils garderont un souvenir inoubliable. De même la découverte de la vallée du Lutour, des lacs de Madamète au-dessus de Barèges ou des grottes de Bettharam qu’ils ont visité lors d’une petite journée de pluie, resteront dans leur mémoire.

En résumé ils étaient 10 à parcourir de magnifiques pelouses alpines parsemées de mélèzes avec de grands sommets enneigés en toile de fond, tel est le décor du Grand Paradis, 1er parc Européen crée en 1920, avec des paysages somptueux et une faune alpine au rendez-vous. Ils étaient 22 à parcourir les alpages et les sommets du Parc National des Pyrénées, créé en 1967. Cela fait 32 randonneurs du Bartas heureux de faire partager l’ivresse des sommets, les frissons des arêtes vertigineuses, les émotions et les joies qu’ils ont vécues pendant ces deux séjours montagnards.

Tout cela, accompagné d’un accueil chaleureux et généreux dans les hôtels ou les refuges, fait de la montagne un lieu magique !

Tour de l’Oisans et des Ecrins

Séjour du Dimanche 9 juillet au Samedi 22 juillet 2017 sur le Tour de l’Oisans et des Ecrins (GR54). Voici un petit récit du séjour. Vous pourrez bientôt voir les photos sur la page « photos »

Lo Bartas fait le Tour de l’Oisans et des Ecrins

Après une période millavoise caniculaire, onze randonneurs de « Lo Bartas » sont allés respirer et découvrir le tour de l’Oisans pendant douze jours.

Partis de Bourg d’Oisans, nous avons fait une 1ère étape à Besse, splendide village de maisons de pierres de l’Oisans et de bois qui en font un lieu unique. Après la traversée du splendide plateau d’Emparis, vaste prairie fleurie face aux glaciers de la Meije, les étapes suivantes se sont enchaînées en passant par le col du Souchet (2365m), le col d’Arsine (2348m), le glacier d’Arsine lequel est un aller retour qui provoque un changement d’atmosphère. Le paysage devient minéral, lunaire et les eaux du lac sont laiteuses. Dépaysement saisissant ! Arrivés à Vallouise par le très raide col des Grangettes (2680m) nous avons emprunté une navette jusqu’à Entre-Aygues pour ensuite atteindre le refuge du Pré de la Chaumette en passant par les cols de l’Aup Martin (2761m) et le pas de la Cavale (2735m). D’autres passages élevés nous ont permis d’atteindre les différents lieux d’hébergements, dont l’extraordinaire site du refuge de Vallonpierre. Le beau temps a favorisé quelques variantes comme le pas de l’Olan pour certains, le lac du Laubier pour d’autres et pour tous le passage au refuge de Chabournéou sur le sentier duquel nous avons eu la surprise de rencontrer nos amis de l’Alpina. Une succession de cols, dont l’abrupt col de la Muzelle (2635m), de brèches, de passages sécurisés a jalonné notre arrivée au refuge de la Muzelle (2130m) toujours avec la surprise de parcourir des prairies fleuries aux fleurs multiples et colorées, de dénicher les édelweiss, de gravir des sentiers de schiste aux formes très originales et particulières.

La dernière descente a été éprouvante (plus de 1840m de dénivelé négatif) mais récompensée par une pause bien méritée au lac de Lauvitel, havre de fraîcheur et de détente.

Arrivée à Bourg d’Oisans en début d’après-midi fatigués mais heureux ! 190kms et près de 13000m de dénivelés positifs environ parcourus !

Ces quelques jours d’immersion dans le cadre magnifique des Hautes Alpes et de l’Isère nous ont fait apprécier les paysages, la flore multiple ainsi que la vie qui y règne (gîtes, refuges aux accueils chaleureux, le pastoralisme…)

Autant de rencontres humaines, de beauté naturelle qui ne nous donnent qu’une envie : repartir !

 

 

Descente du Mt-Aigoual à Millau

Rando du Bartas de l’Aigoual à Millau

Après être montés en car au sommet de l’Aigoual, 26 randonneurs du Bartas ont regagné Millau à pied en 3 étapes.

3 journées magnifiques sous un soleil de plomb. Le domaine de Pradines vers Lanuéjols et le Gîte de la Bresse près de Montpellier le vieux ont accueilli les marcheurs. Les 2 soirées conviviales resteront de très bons souvenirs, avec à la Bresse, jour de la fête de la musique, un concert Brassens improvisé par un membre du club. 
  Un petit film de la soirée ICI

A l’arrivée, après 68km de randonnée les participants ont partagé le pot de l’amitié avant de regagner leurs pénates.

 

WE à Lascours

UNE RANDONNEE EN ITINERANCE à LASCOURS pour 16 randonneurs du BARTAS –

C’est à Tauriac-de-Camarès que les randonneurs du Bartas se sont retrouvés les 13 et 14 mai pour un week-end de randonnées au coeur du Parc naturel régional du Haut Languedoc.

Michel et Carole ont mis au point un parcours en boucle d’environ 40 kilomètres avec une nuitée au Gîte d’étape de Lascours à Ceilhes et Rocozels où le groupe dégustera un repas préparé avec soin par Eric : potage d’orties, beignets de fromage de brebis parfumé à l’ail de l’Ours, thé brûlant parfumé à la menthe fraîchement cueillie …

Accueillis dès leur arrivée à Tauriac par Andrée, la troupe alerte s’est mise en route en longeant la rivière de La Nuéjouls, enjambant le ruisseau de la Bataille à travers des sous-bois encore frais. Ils ont pu approcher le Puech du Lion, apercevant au loin le Pic de Merdélou (1110 m).

Grimpant progressivement, ils ont pu apercevoir l’un des bras de l’Orb qui alimente le lac d’Avène. Le croassement des batraciens en pleine période de séduction amoureuse a rythmé les pas des marcheurs qui ont laissé derrière eux ces chants de la vie qui est plus forte que tout.

Randonner permet de traverser des paysages qui attisent la curiosité : c’est le cas avec les sculptures naturelles des Pettetes de Maynes où les amas ruiniformes offrent à la vue du passant des visions imaginaires parfois inquiétantes.

Les Monts d’Orb ont ceci de particulier que peuvent se côtoyer à quelques centaines de mètres près la nature sauvage et les effets du progrès. C’est ainsi qu’aux plateaux verdoyants succèdent les champs éoliens où commencent à se déployer les ailes du progrès. D’ici peu, les pales accrochées aux immenses mâts qui jonchent encore le sol « tourneront moulin »sous le souffle du vent pour produire l’énergie de la « Fée Electricité ».

Où qu’ils passent, les randonneurs constatent cette alternance de nature sauvage et de marquage de l’activité humaine : croix de Matée, col de la Lavagne, la ferme de Fanjaud, les mines d’argent et d’arsenic, de cuivre et de plomb. Ils traversent des hameaux endormis tel le Mas Nau, observent un puits de mine d’une profondeur de 22 mètres, envahi par les broussailles.

Dans ces magnifiques paysages, l’eau est omniprésente : elle ruisselle, elle court, elle laisse des traces de ses colères, elle est barrage ou lac, elle désaltère, elle lave les blessures.

Les marcheurs du Bartas ont bouclé la boucle ; revenus dimanche 14 mai à leur point de départ, chacun est reparti vers son lieu de vie, heureux d’avoir durant quelques heures largué les amarres en renouant ses liens avec la nature, faisant détaler, surpris, chevreuil et sangliers. Riches de beautés, d’échanges et de joies simples, de réflexions intérieures et de nouvelles perspectives de randonnées.

Isabelle

21 mai 2017